La gestion de nos émotions

Les émotions

Qu’est ce que c’est ?

Le mot émotion vient du latin emovere : movere en mouvement, une émotion c’est donc ce qui nous met en mouvement, nous secoue et nous fait bouger. L’émotion est ainsi le mouvement de la vie en soi ; la vie c’est donc le mouvement.

Une émotion est un état affectif bref et intense. C’est une réponse psychophysiologique, c’est-à-dire qu’elle fait appel tant à notre corps (sensations physiques) qu’à notre esprit (mémoire), à une stimulation sensorielle ou une modification de l’environnement. Cela peut-être une réaction à une stimulation extérieure perçue grâce à nos 5 sens : je vois quelque chose, j’entends un bruit, une voix, je sens une odeur, je goûte, je touche…. et provoquer une chaîne de réactions internes nous affectant, de façon « positive » ou « négative ».

Cette réaction d’adaptation de l’organisme à son environnement est propre à chaque individu. En effet, elle survient lors d’une situation importante pour la personne, et l’importance qui y est donnée par chacun peut être différente, tout comme la réponse émotionnelle qui en découle.

Elle nous aide à savoir si l’expérience que l’on vit est agréable ou désagréable, sécure ou dangereuse, pour s’orienter dans nos comportements et nos choix immédiats ; c’est donc une réaction naturelle et utile face à une situation inattendue (ex : la peur qui pousse à fuir le danger, la tristesse qui permet de vivre une séparation, la joie pour savourer chaque instant de la vie…). L’émotion a ainsi une double fonction biologique : réguler l’état interne de l’organisme et produire une réaction adaptée à la situation.

Chaque émotion joue un rôle essentiel dans notre vie et demande à être accueillie et écoutée, qu’elle soit agréable ou non, pour nous éclairer dans notre jugement et nous guider dans nos actions.

Comment mon corps réagit ?

On a tous déjà ressenti une profonde tristesse ou une grande colère, et on en a alors voulu à toutes ces émotions qui nous envahissent et nous submergent. On a l’impression de ne plus rien contrôler et d’être totalement à leur merci ! Autant la joie, on aime en être rempli, autant la tristesse, la colère, l’anxiété ou la peur, on s’en passerait bien ! C’est sûr que ressentir des émotions n’est pas toujours agréable, mais c’est utile. Plus qu’utile même, c’est grâce à ça si notre espèce a pu survivre jusqu’ici !

Chez l’homme, on compte au moins six émotions, qu’on appelle « émotions primaires ». Elles sont universellement partagées, peu importe les cultures ou les endroits sur la planète. Ces émotions sont la joie, la peur, le dégout, la tristesse, la surprise et la colère. Après quoi, chacun y va de sa nuance : la joie se décline en plaisir, extase, euphorie, etc., etc. Parfois même elles se mélangent. Mais alors, concrètement, il se passe quoi dans notre corps quand l’émotion survient ?

Prend le stress par exemple, qui survient quand on a peur. Dans la nature sauvage et hostile où l’être humain est apparu, le stress permet de se focaliser sur un élément dangereux. Il maintient notre attention à un niveau élevé pour que l’on reste toujours vigilant. Dès qu’un élément suspect est repéré, notre corps produit des hormones particulières qui vont chambouler notre fonctionnement interne : le rythme cardiaque s’accélère, la fréquence respiratoire augmente et le sang descend dans les jambes. Autrement dit, le corps se prépare à prendre la fuite ou au combat pour survivre ! Face à un dangereux prédateur, c’est plus qu’utile ! Devant ta copie de brevet blanc, un peu moins je te l’accorde… Encore que, grâce à lui, tu peux rester éveillé et concentré un maximum pour réviser et mobiliser tes connaissances le moment venu.

Le problème, c’est quand il est trop intense : passé un certain seuil, il peut devenir paralysant et contre-productif.

Gérer mes émotions !

C’est toujours le problème avec les émotions. Elles sont toutes utiles quand elles sont présentent juste comme il faut, mais quand elles sont là en excès, elles nous font parfois plus de mal que de bien.

La colère par exemple est utile pour se protéger, mais quand elle nous dépasse, elle nous pousse trop souvent à faire du mal aux autres ou à nous-même. La tristesse nous apprend à éviter au maximum les situations douloureuses, mais quand on ne peut pas y échapper et qu’elle nous submerge, elle nous déprime et nous empêche d’agir. La peur nous permet d’être alerte et de nous mettre à l’abri s’il le faut en générant du stress, mais en excès, nous l’avons dit, elle nous inhibe. La joie nous apprend ce qui est bon, mais un optimisme béat nous empêcherait de voir le danger quand il survient.

Le dégoût nous protège d’aliments toxiques, mais parfois aussi de quelques plaisirs gustatifs nouveaux. La surprise enfin, nous permet d’être préparé à voir surgir du nouveau et à rester sur le qui-vive, mais être surpris par tout, tout le temps, autrement dit être en hyper-vigilance, ça serait fatiguant et insupportable !

Bref, concernant les émotions, tout est question de mesure. En attendant de pouvoir les contrôler (ce qui, reconnaissons-le, n’est jamais vraiment possible), contentons-nous de les accepter. Ressentir des émotions c’est être vivant ! Elles sont là pour nous dire quelque chose, et les comprendre, c’est en apprendre un peu plus sur soi. Contrairement à ce qu’on pense trop souvent, elles ne sont pas du genre à se laisser mettre sous le tapis si facilement. Quand on essaye de sortir ses émotions par la porte, elles reviennent toujours par la fenêtre, souvent avec plus de force et quand on s’y attend le moins ! Il faut donc les accepter et les entendre, mais surtout en parler et les exprimer ! Si on a du mal à le faire seul, on peut toujours demander l’aide de son entourage ou celle d’un professionnel.

Source : filsantejeunes.com et lalettreatable.org